Rechercher
  • APE Marguerittes

Christina

Les parents de Christina sont portugais. Ils vivaient à Lisbonne. C'étaient des Catholiques non pratiquants. Ils ont fait connaissance d'une Assemblée Evangélique. Ils prenaient plaisir à y aller et se disaient qu'un jour, sans doute, ils s'engageraient davantage. Mais ils ont émigré vers Paris. Ils n'y ont pas trouvé d'assemblée d'expression portugaise, bien qu'il y en ait. Alors, ils ont rapidement tout oublié, et c'est dans un foyer sans Dieu que la petite Christina est née.

Lorsqu'elle avait 15 ans, elle était élève au Lycée Condorcet à Paris, entre la Gare Saint-Lazare et les grands magasins. C'est là qu'un jour, les Gédéons de Paris Ouest sont venus faire une distribution. Elle n'a pas pris de Nouveau Testament (NT).

« Non merci, je n'en ai pas besoin ! »

Un garçon de sa classe en a pris un, machinalement. En découvrant ce que c'était, il a décidé qu'il n'en voulait pas. Il ne savait qu'en faire car c'était un article de qualité, et il hésitait à le jeter. C'est alors qu'il aperçoit Christina au bout de la rue. Il lui court derrière : Eh ! Christina ! J'ai un cadeau pour toi ! Christina ne s'intéressait pas au N.T., mais elle s'intéressait au garçon. Alors, elle a lu le N.T. Son cœur a été touché et elle a commencé à fréquenter une Assemblée Evangélique de son quartier. Cela n'a pas plu à ses parents, mais alors pas du tout ! Ils lui ont interdit d'y remettre les pieds. Et comme Christina était une jeune fille obéissante, elle n'y est pas retournée.

Voilà déjà la troisième manche gagnée par le Malin : l'émigration des parents, le refus du N.T. et, maintenant, l'interdiction d'aller à l'Assemblée. Mais, comme le dit Christina dans son témoignage « Le Seigneur ne renonce jamais à sauver quelqu'un ».

P

eu de temps après, le grand-père de Christina meurt à Lisbonne. Et la voilà qui part pour consoler sa grand-mère. Celle-ci ne partage pas les préjugés des parents. Aussi, toutes les deux, bras dessus, bras dessous, passent-elles le plus clair de leur temps à l'Assemblée. Elles ne ratent pas un culte, pas une séance d'évangélisation, pas une réunion de prière, pas une étude biblique, pas un repas fraternel … Tant et si bien que, lorsque les parents arrivent en Août à Lisbonne pour leurs vacances, ils sont juste à temps pour les baptêmes de Christina et de sa grand-mère.

Ils sont très émus, pleurent beaucoup. De retour à Paris, ils accompagnent Christina au culte et, au bout de quelques mois, demandent eux-mêmes le baptême.Gloire à Dieu pour la manière dont il a sauvé quatre personnes par un petit N.T. dont ni le garçon ni la fille ne voulaient ! Le Seigneur est vraiment souverain et ses œuvres sont magnifiques !

Mais l'histoire ne s'arrête pas là : Christina a une sœur aînée, mariée, et elle a deux enfants. Lorsque son mari et elle apprennent ce qui se passe, ils se fâchent à leur tour et rompent toutes relations. La maman de Christina ne peut plus voir ses petits-enfants. Alors, Christina et ses parents prient, prient et prient encore. Il n'y a vraiment rien d'autre à faire. Mais il ne se passe rien parce que ce n'est pas encore le temps de Dieu. Au bout de quelques années, la sœur aînée a un enfant. Lorsqu'elle tient ce précieux petit bébé tout neuf dans ses bras, elle se dit « Ce n'est vraiment pas possible ! Il faut que je le présente à Maman ». Elle se réconcilie avec ses parents.

Aux dernières nouvelles, la fille et le gendre accompagnent le reste de la famille au culte tous les dimanches…Merci, Seigneur parce que ta Parole ne cesse pas de porter toujours plus de fruits !


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout